Ilyas Mouani, Future City Champion 2019

Ilyas Mouani

Nakama

Un collectif de jeunes bruxellois désirant se consacrer aux enfants et aux jeunes bruxellois

Nakama est le mot japonais pour "ami, camarade, compagnon" et c'est ce que nous voulons être pour les générations suivantes.

De par notre expérience, nous savons qu'il n'est pas toujours facile de trouver un endroit où l'on se sent chez soi, entre amis et où l'on est également encouragé à apprendre les uns des autres.

Description du projet entrepreneurial

Le collectif n'existe que depuis 10 mois. Nous avons déjà beaucoup appris pendant cette période. Nous, les trois initiateurs de Nakama, sommes de jeunes Bruxellois et des volontaires actifs au sein de diverses organisations sportives et de jeunes. Grâce à notre propre expérience et au fait que nous connaissions beaucoup d'autres enfants et adolescents, l'idée de créer notre propre organisation à but non lucratif est née afin de soutenir les enfants et les adolescents dans leurs loisirs et leurs études. De plus, nous voulons donner aux jeunes la chance de se développer en tant qu'animateurs. C'est pourquoi nous organisons des camps pendant les vacances et une activité est organisée toutes les deux semaines le samedi, axée sur l'éducation, les loisirs ou la citoyenneté. Nous avons également organisé une séance d’information lors des élections municipales début octobre. Après tout, nous avons vu que beaucoup de jeunes qui devaient voter pour la première fois ne savaient pas pourquoi et pour qui.

Pendant les camps de vacances, les volontaires eux-mêmes (nous avons déjà ... des volontaires actifs) assument diverses tâches et responsabilités, avec le soutien des 3 initiateurs du projet. Les jeunes sont ainsi renforcés dans leur motivation et leurs talents et acquièrent de nouvelles compétences.

En ce moment, nous prenons toutes les mesures nécessaires pour devenir une organisation à but non lucratif. Pour ce faire, nous collectons des informations auprès d’experts du domaine. Grâce à notre propre réseau d’organisations, nous avons déjà beaucoup appris sur la rédaction de dossiers, la tenue de la comptabilité, la communication et les différentes possibilités de subsides pour les projets de jeunes.

Nous sommes un collectif jeune, enthousiaste et ambitieux qui ne reçoit pas encore de fonds structurels. Nous nous engageons pour la jeunesse bruxelloise et plus particulièrement pour les enfants et les jeunes des quartiers les plus vulnérables de Bruxelles. Malgré le fait qu'il existe déjà de nombreuses organisations qui touchent les jeunes, nous constatons qu'un groupe entier n'est pas atteint. De plus, nous constatons que de nombreux jeunes ont des difficultés à l’école mais ne peuvent pas encore être suffisamment soutenus par leurs parents, leur école ou leurs organisations. Nous voulons nous concentrer sur cela à l'avenir. Nous croyons aux voies que nous avons empruntées et souhaitons donc offrir les mêmes opportunités à d’autres enfants et jeunes.

Nous sommes "supermotivés", vous aussi, nous espérons.

Je m'appelle Mouani Ilyas, j'ai 21 ans. Je suis un ancien participant au BIS-Award, un projet où l'on est soutenu pendant 3 ans dans le domaine des études, du sport et du travail bénévole par des animateurs de l'asbl Foyer. Bien que mes études ne se soient pas déroulées sans difficultés, j'ai dû prester de nombreuses heures dans différentes organisations bruxelloises. C'est ainsi que j'ai appris beaucoup de choses et que je suis toujours actif dans certaines d'entre elles. Grâce à ce projet, j'ai beaucoup appris. J'ai commencé à donner des cours d'animation chez JES, comme entraîneur puis comme coordinateur jeunesse chez Atletiek Molenbeek et bien plus encore. Je suis également actif sur mon terrain de jeu où je prends diverses responsabilités pendant les vacances scolaires.

Ma trajectoire personnelle n'était pas si évidente. J'ai cependant continué à croire en mes réalisations et mes rêves. Grâce à cette motivation, j'ai décidé de démarrer ma propre activité avec quelques amis. De cette manière, je veux montrer qu’en tant que jeune, il faut toujours continuer à rêver, même quand cela devient parfois plus difficile. Si on continue à croire en ses propres réalisations et ses capacités, alors on transforme son rêve en réalité.